Le développement durable au cœur de la fashion week de Milan

Milan : la mode éco-responsable

Après New-york et Londres, et avant Paris, la fashion week s’installe à Milan. 60 défilés, 90 représentations. C’est le programme qui attend les milanais jusqu’au 24 septembre. Une semaine de la mode italienne attentive au développement durable. Et selon vous, l’industrie du luxe et de la mode doit-elle devenir plus éco-responsable ?

Dolce & Gabbana, Prada, Versace, Cavalli, Armani, Fendi… Les grand noms de la mode sont attendus jusqu’au 24 septembre à Milan. La Fashion week investit la ville italienne. Et cette année encore, le développement durable est au cœur de cette semaine de la mode.

Développement durable et mode

Comme en 2017, la fashion week italienne va s’achever avec les Green Carpet Fashion Awards. Ces oscars de la mode récompensent les créateurs internationaux et Italiens pour leur engagement dans le développement durable et éco-responsables.

People et personnalité du luxe et de la mode sont attendus ce dimanche 23 septembre à la Scala pour la remise des prix. Bien évidemment, dress code : vert.  L’an passé, on comptait parmi les participants : Naomi Campbell,  Gisele Bundchen, Tom Ford, Dakota Johnsonou encore Zoe Saldana.

De jeunes créateurs récompensés pour leur engagement.

A l’occasion de cette cérémonie, le prix Green Carpet Talent sera également remis. Il s’agit d’un cours qui récompense les créateur émergents pour leur pratiques éco-responsables. L’objectif étant  de contribuer à une industrie de la mode durable

Des créateurs éco-responsables qui rivalisent d’imagination.

Les cinq finalistes ont déjà été sélectionnés par le jury. Behno, Davide Grillo, Gilberto Calzolari, Wrad et Teatum Jones sont en compétition pour le prix. Tous ne sont pas des inconnus de la mode.

Le jeune Davide Grillo, 26 ans, a débuté chez Pinko et Dolce & Gabbana avant de créer sa propre marque. Gilberto Calzolari, lui, a fondé sa propre marque en 2015, après avoir collaboré avec les bureaux de style de Marni, Valentino ou Giorgio Armani.

Ils multiplient tous les initiatives éce-responsables. Et quand ils ne trouvent pas de solutions durables sur le marché, ils créent leurs propres matériaux.

Davide Grillo par exemple, a créé des sequins en les découpant au laser dans des bouteilles en plastique usagées. Les effets de couleur sont également obtenus au moyen de bouteilles en plastique colorées, de tissu coloré et de fil coloré

Behno de son côté, a utilisé des chutes de soie tissée à la main et du nylon régénéré ECONYL®. Une manière innovante et durable de créer des produits à partir de déchets selon un circuit continu.

Gilberto Calzolari utilise des sacs a café en toile de jute, en provenance du Brésil. Wrad a opté pour des teintures naturelles et non toxiques obtenues à partir de graphite recyclé. Ce minéral aurait sinon terminé à la décharge.

Teatum Jones a aussi opté pour des sequins découpés au laser dans les bouteilles d’eau en plastique, issues des défilés. Ainsi que pour du lin en polyester recyclé.

Ce ne sont pas les initiatives qui manquent. Et vous ? Qu’en pensez vous de cette mode éco-responsable ?