Un temps que les moins de 20 ans…

hommage à Charles Aznavour

Je n’avais pas prévu de parler de Charles Aznavour à la base. Parce que : est-ce vraiment le rôle de ce blog ? Pas forcément. Est-ce que ça vous intéresse comme sujet ?
Mais finalement… J’ai craqué et moi aussi, j’ai envie de « parler d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre ».

Pourquoi ?
Je vous refais la scène : j’étais au boulot. En train de rédiger mon prochain article. Et là, d’un coup, une notification. Un message sur un réseau social de « gamer » : « Charles Aznavour est mort ».

« Whaaaat ? Mais qu’est-ce que ça vient faire là ? ». Oui, ça c’était ma première réaction, avant évidemment d’avoir une pensée pour ce grand homme. Puis, je regarde les échanges… Je vois les « gamers » que je fréquente commencer à en parler. Des « jeunes » de tout âge qui se mettent à lui rendre hommage, à saluer le bonhomme. 18, 25, 35, 40 ans… Je ne vais pas le cacher. J’en était resté au fait que c’était le chanteur que ma grand-mère écoutait en boucle quand j’étais jeune.

Aznavour en boucle sur les chaines infos.

Bon, je ne m’attarde pas trop là-dessus non plus, sinon, mon boss va me « taper » (coucou chef). Retour au boulot, puis après le taf… Et bien… Métro et dodo. Enfin, avant dodo, hop, un petit coup d’œil à la télé… Et là, difficile d’éviter. Aznavour est sur toutes les chaînes.

Les hommages s’enchainent. Mais je me laisse prendre au jeu. Et là, je réalise. Oui, bien sûr je savais que c’était un grand homme. Je le savais comme tout le monde, mais… J’ai un peu oublié. Il faut avouer qu’on ne le voyait plus beaucoup depuis quelques années.

Quelques chiffres déjà : 70 ans de carrière. Tu imagines aujourd’hui des artistes qui vont faire carrière pendant 70 ans ?! 1400 chansons ! Dans 8 langues.
Des collaborations hallucinantes. Avec Sylvie Vartan à l’époque, mais bien plus récemment avec Zaz, Abd El Malik ou Keri James. Des jeunes générations qu’il a toujours gardé à l’œil, écouté, accompagné, tel un mentor parfois.

(source : LeHuffPost)

La presse internationale qui lui rend hommage, comme le rappelle Courrier International. Le monde entier derrière un chanteur français.

Et toi ? Quel est ton titre préféré ?

Puis au fur et à mesure que les hommages s’enchainent, que les extraits de ses titres sont diffusés… je me rend compte que je les connais tous.  Ce qui frappe en le voyant : ce sens du rythme. Un certain flow même pourrait-on dire sur certains titres. L’un des rare à avoir réussi à faire swinguer aussi bien des paroles en français. Sans parler de ses textes forts. Chantant par exemple dès 1972 l’homosexualité, plus de 40 ans avant le mariage pour tous, dans « Comme ils disent ».

Et personnellement. Je me rappelle encore « Mes emmerdes », qui m’a marqué quand j’étais gamin et que je réécoute toujours avec plaisir, parce que… « Mes amis étaient plein d’insouciance, mes amours avaient le corps brûlant, Mes emmerdes aujourd’hui quand j’y pense…Avaient peu d’importance ».

Et pour toi ? C’est qui, Charles Aznavour ?